CI3M | Centre de formation professionnelle et continue
Centre de formation professionnelle et continue

La traduction juridique, un marché de niche à fort potentiel

La traduction juridique fait partie, avec la traduction médicale et la traduction financière, de ces marchés de niche dans lesquels la demande est importante et les tarifs supérieurs à la moyenne.

Les besoins en traduction juridique sont très importants dans les secteurs de la finance, des sciences de la vie, des services aux entreprises et dans les marchés publics.

Le marché de la traduction juridique est identifié comme étant un des marchés ayant le plus fort potentiel de croissance dans les années à venir.

La traduction automatique est présente dans le secteur et permet de produire de gros volumes en moins de temps. Se pose la question de la correction et de la qualité finale.

Plus le risque est élevé, plus les acheteurs sont prêts à y mettre le prix.

Devenir traducteur juridique »

 


 


La spécialisation en traduction juridique permet de développer son activité et d’en assurer la pérennité.

 

Quels documents traduisent les traducteurs juridiques ?

Les traducteurs juridiques traduisent majoritairement :

  • des contrats : licence, vente, location, travail, statuts de société
  • des décisions de justice
  • des actes notariés : actes de ventes, testaments, successions
  • des documents officiels

Ils traduisent aussi pour les institutions et organisations internationales.

 

 

Les principaux acheteurs (clients)

Les principaux clients sont :

  • les banques
  • les compagnies d'assurance
  • les cabinets de conseil internationnaux : KPMG, PWC, Deloitte, EY, etc.
  • les laboratoires pharmaceutiques
  • les cabinets d'avocats : Baker & McKenzie, Skadden etc.
  • les études notariales
  • les États et gouvernements
  • l'Union Européenne
  • les Cours d'appel
  • les Cours de cassation
  • l'Union Européenne

Pour les traducteurs juridiques indépendants, les sociétés de traduction sont bien évidemment des clients potentiels.

 

Les principaux acteurs de la traduction juridique

Les principaux acteurs de la traduction juridique sont :

  • les entreprises / agences de traduction
  • les traducteurs juridiques indépendants
  • les traducteurs assermentés
  • les services internes de traduction : Commission Européenne, Conseil de l’Europe, Cour Pénale Internationale et autres institutions et organisation internationales.

Les traducteurs juridiques indépendants

Les traducteurs juridiques indépendants peuvent intervenir en sous-traitance pour le compte d’entreprises et d’agences de traduction ou auprès de clients directs.

Leurs tarifs sont plus élevés de 20 à 25 % par rapport à un traducteur généraliste.

Devenir traducteur juridique indépendant »

Les traducteurs assermentés

Les traducteurs assermentés interviennent près les Cours d'Appel et les Cours de Cassation.

Les entreprises et agences de traduction

Certaines entreprises de traduction sont spécialisées en traduction juridique et répondent à des demandes de traduction juridique conséquentes et dans plusieurs combinaisons linguistiques en même temps.

De plus en plus de postes de traducteur juridique sont à pourvoir en interne. Cela permet aux entreprises de traduction d’avoir la compétence en interne et de garantir un niveau de qualité élevé même en cas d’utilisation de la traduction automatique.

Que sont les traductions officielles et les traductions certifiées ?

Quels sont les documents nécessitant une traduction officielle ?

Les actes d'état civil (certificats de naissance, de mariage, de décès), les actes judiciaires (jugements), les affidavits, déclarations écrites et documents enregistrés ou déposés dans les tribunaux judiciaires, les actes notariés (copies actes en minute ou en brevet, les actes authentiques), les actes administratifs (diplômes, casiers judiciaires, attestations notariales).

Qu'est-ce qu'une traduction certifiée ?

Une traduction certifiée - on devrait dire « certifiée conforme à l'original » - est une traduction effectuée par un traducteur agréé qui atteste dans une formule finale : qu'il est familier des langues de départ et d'arrivée, que la traduction dont il est l'auteur est conforme à l'original présenté, qu'elle est complète et exacte au mieux de son jugement. Cette déclaration finale est ratifiée et revêtue d’un cachet.

Qu'est-ce qu'un traducteur agréé, un traducteur assermenté ?

Le traducteur agréé

Un traducteur agréé est un traducteur choisi pour sa compétence et son expérience afin de figurer sur une liste (ex. Consulats de France)
Un exemplaire du cachet et de la signature des traducteurs agréés est déposé au consulat. Le consulat attend de ces traducteurs des traductions exactes, complètes et conformes aux originaux qui leur sont présentés. Les traductions sont pourvues d'une déclaration attestant du respect de ces exigences. Elles sont revêtues d’un cachet et signées. Un traducteur agréé se voit confié les traductions qui relèvent de l'expert traducteur en France. Le consulat, en apposant son cachet et la signature du vice-consul en fait un document recevable par les autorités françaises.

Le traducteur assermenté ?

En France, le titre de traducteur assermenté est protégé par la loi et nul ne peut le porter sans être inscrit sur la liste des experts-traducteurs près une cour d'appel ou sur la liste des experts-traducteurs agréés par la Cour de cassation. L'Instruction générale à l'état civil dispose que les actes d'état civil doivent être obligatoirement traduits par un expert-traducteur. A l'étranger, ces traductions sont faites par un traducteur par un consulat français.

 

Quelles compétences pour les traducteurs juridiques ?

Le traducteur juridique doit avoir les connaissances juridiques nécessaires pour appréhender parfaitement les concepts juridiques dans les différents systèmes juridiques (Common Law, droit civil, etc.) en langue source et en langue cible.

Il doit aussi avoir les compétences d’un traducteur professionnel pour les transposer parfaitement dans la langue cible.

Cette double compétence lui permet de garantir un travail de qualité à son client.

Les traducteurs professionnels peuvent donc se former et devenir traducteurs juridiques.

Il n’est donc pas impératif d’être juriste, car leurs connaissances du droit sont vastes et vont bien au-delà des connaissances nécessaires à l’exercice du métier de traducteur juridique.

Être juriste et maîtriser les langues sources et cibles ne suffit pas pour proposer des services de traduction juridique, car il est nécessaire de maîtriser le processus de traduction, les techniques de préparation de la traduction et les techniques de traduction ainsi que la correction de traduction.

Découvrir les domaines à maîtriser en traduction juridique »

 

Les tarifs en traduction juridique

Les tarifs en traduction juridique sont supérieurs à ceux pratiqués en traduction généraliste et technique. Faire de la traduction juridique demande des compétences solides en droit et en traduction pour livrer des prestations répondant aux critères de qualité des spécialistes du droit.

Il est donc courant de facturer au client final 0,18 €/mot en traduction juridique.

Les traducteurs juridiques indépendants intervenant via une agence/entreprise de traduction proposent leurs services entre 0,10 et 0,12 €/mots.

 

Comment devenir traducteur juridique ?

Il faut distinguer les formations initiales en traduction proposant une orientation en traduction juridique et les formations de spécialisation à la traduction juridique qui s’adressent aux professionnels

Formation professionnelle continue en traduction juridique

La formation continue s’adresse aux traducteurs professionnels souhaitant élargir leur offre de services en montant en compétences dans un domaine donné.

Dans le cadre de la formation professionnelle continue en traduction juridique, les candidats doivent avoir de l’expérience en traduction ou dans une profession juridique. La maîtrise des langues étant un prérequis.

En savoir plus sur la formation »

Formation initiale en traduction juridique

La première mission des Masters en traduction est de former des étudiants à la traduction professionnelle et de leur permettre d’entrer sereinement sur le marché. Afin de se différencier, chaque Université donne une orientation à son Master en traduction. La spécialisation en traduction juridique est donc marginale sur l’ensemble des cours.

Master en traduction mention Traduction Juridique

  • Maîtrise en traduction : mentions Traduction spécialisée – orientation traduction juridique, Université de Genève
  • Master 2 Traduction et Terminologie Juridiques et Financières (TTJF) - Paris 3

 

La traduction juridique est un marché porteur estimé à 7 % du marché mondial de la traduction. C’est un marché de niche dans lequel les tarifs sont plus élevés en raison du risque présent dans ce type de traduction ainsi que des compétences nécessaires pour effectuer les prestations de traduction juridique.

Contacter un conseiller »

 

Développez vos ventes de 20 %

  1. Augmentez vos tarifs de 20 à 25 %
  2. Développez votre clientèle
  3. Pérennisez votre activité

Devenir traducteur juridique »

Jusqu'à 2 500 € pris en charge

  1. Déposez votre demande au FIFPL
  2. Suivez votre formation
  3. Obtenez votre remboursement

Télécharger les critères »